Traiter le bruit à la source dans l’industrie

Industrie

Contre le bruit dans l’industrie, le premier réflexe est d’équiper les collaborateurs exposés de protections auditives. Mais il est préférable de prévoir des actions collectives de réduction du bruit. Elles sont plus efficaces et la démarche permettra de travailler également sur la qualité de la production. 


En effet, il est clair que les solutions collectives doivent être mises en place en priorité. De plus, dans le choix des mesures de protection les plus appropriées et dans le repérage des situations à risques, l’employeur peut être aidé par une équipe pluridisciplinaire des services de santé au travail, dont les actions sont conduites par le médecin du travail, ou par un professionnel de l’acoustique comme Airopta.

 

Réduire le bruit à la source

Agir sur la source du bruit, généralement la machine, est un moyen très efficace de lutter contre le bruit sur les lieux de travail. Pourtant cette action n’est pas toujours mise en œuvre, étant souvent considérée à tort comme techniquement difficile.

Des solutions simples existent, comme par exemple l’emploi de lames de caoutchouc permettant de freiner la chute d’objets dans un réceptacle, un changement de technologie, l’utilisation de matériaux nouveaux moins bruyants ou des dispositifs spécifiques pour atténuer les nuisances sonores. 

De plus, lors de l’achat d’une machine ou d’un outil bruyant, il faut prendre en compte la protection des travailleurs et préciser dans le cahier des charges que le niveau de bruit doit être aussi bas que possible. L’incitation à concevoir des machines moins bruyantes sera d’autant plus efficace que les acheteurs veilleront à limiter l’entrée du bruit dans les ateliers.

Agir sur la propagation du bruit

 

L’éloignement

Dans certains cas, on peut éloigner les collaborateurs des zones les plus bruyantes, au moins pendant une partie de la journée. En effet, le niveau de bruit baisse avec l’éloignement, surtout en cas de travail à l’extérieur ou si les parois absorbent efficacement les sons. On peut aussi faire tourner les travailleurs entre des postes bruyants et non bruyants ou déplacer des équipements bruyants.

 

Le traitement acoustique du local

On peut revêtir les parois du local (le plafond, les murs et les cloisons) d’un matériau possédant la propriété d’absorber le son, en utilisant par exemple des panneaux acoustiques AIROPHONE.

On peut également mettre en œuvre des baffles acoustiques suspendues qui, en plus d’absorber l’émission sonore, permettent de cloisonner le bruit afin qu’il ne se propage pas dans tout l’atelier. 

 

Bien conçu et défini, ce traitement peut apporter un gain acoustique compris entre 4dBA et 8dBA.

 

Le cloisonnement et les encoffrements des machines

Le cloisonnement consiste à séparer les zones bruyantes et les zones calmes, voire à isoler les  sources de bruit des opérateurs grâce à la mise en place d’une paroi  acoustique. Composé de panneaux acoustiques absorbants, les cloisonnements permettent de réduire le niveau sonore pour les opérateurs évoluant dans la zone ainsi que pour ceux évoluant à l’extérieur, et ce grâce aux propriétés d’absorption et d’atténuation des panneaux.

Un encoffrement acoustique -aussi appelé “Capotage acoustique”- est une boîte présentant un isolement phonique élevé, à l’intérieur de laquelle est placée l’équipement bruyant. Ce traitement acoustique est le plus performant, car il permet de traiter l’émission sonore directement à la source. 

Un encoffrement acoustique se compose de matériaux présentant de bonnes performances combinées, tant en absorption qu’en atténuation. Il nécessite une conception minutieuse par un acousticien afin de garantir le bon fonctionnement de l’équipement et d’apporter les accès nécessaires afin de réaliser les opérations de maintenance.

 

Les écrans acoustiques de séparation

La réduction du niveau sonore apportée par un écran acoustique est optimale quand la zone à isoler du bruit est proche de l’écran. Ainsi un gain acoustique compris entre 5dB(A) et 8dB(A) peut-être obtenu. Les écrans peuvent servir à isoler le bruit au plus proche de l’équipement bruyant ou, inversement, à créer une zone calme autour des opérateurs.

 

Utiliser des protections individuelles

Lorsque tous les moyens de protection collective contre le bruit ont été envisagés et qu’ils n’ont pu être mis en œuvre, on peut alors recourir à des protecteurs individuels.

Ces protecteurs individuels contre le bruit (PICB) reposent sur le principe de former un obstacle à l’accès des ondes sonores dans l’appareil auditif. On distingue deux catégories de PICB : ceux avec coquilles englobant le pavillon de l’oreille et formant ainsi un obstacle (casques anti-bruit) et ceux qui obstruent le conduit auditif (bouchons d’oreilles).

Néanmoins, pour qu’un PICB joue bien le rôle de protection, il doit être efficace (c’est-à-dire affaiblir suffisamment le bruit auquel est exposé le sujet), le plus confortable possible et être porté en permanence. En effet, tout retrait du PICB au cours de la journée de travail réduit très vite son intérêt. Par exemple, pour une exposition de 8 heures à 100 dB(A) avec un PICB atténuant de 30 dB(A), le non-port du PICB pendant une minute diminue la protection effective de 5 dB(A).

Besoin d'une solution acoustique ?

Contactez un de nos experts acousticiens

Cliquez ici
Enzo DENIS
Enzo DENIS

Articles similaires

Industrie 25/01/2023

Se protéger contre le bruit dans l’industrie avec les cloisons acoustiques

Il existe de nombreuses solutions acoustiques dites « collectives » pour atténuer le bruit dans...

De l’évaluation du bruit aux mesures de prévention dans l’industrie
Industrie 11/01/2023

De l’évaluation du bruit aux mesures de prévention dans l’industrie

En juin 2016, le Conseil national du bruit (CNB) et l’Ademe ont présenté...